Thématique

Chez moi, il y a une place pour toi!
Un membre par Conseil par mois.

Message d’Orientation du Député d’État

EXTRAITS du message qu’a livré le vénérable Député d’État, frère Pierre Beaucage
lors de l’ouverture du Congrès d’Orientation
tenu les 6 et 7 juillet 2012 à l'Hôtel Le Clarion à Québec.

LIRE LE MESSAGE en format PDF
OU ci-dessous


Mes amis,

Permettez-moi dès l’ouverture de ce congrès de vous dire, à vous frères Chevaliers, un merci plein de reconnaissance et d’émotion
pour me permettre d’être le 37e Député d’État de l’Ordre des Chevaliers de Colomb au Québec, appuyé par des collègues élus également par vous
et qui forment dès maintenant une équipe qui se veut unie par nos principes et un idéal commun.

Je veux en deuxième lieu, rendre un hommage aux Députés d’État encore présents, et faire mémoire de tous ceux qui nous ont quittés.
Tous ces prédécesseurs ont accepté, à différentes époques de notre histoire, de diriger, d’orienter, d’animer un mouvement sans cesse croissant
dans l’esprit de notre Fondateur.
Chacun d’eux s’est dévoué à l’Ordre, à son expansion dans le territoire québécois
et à manifester clairvoyance, détermination, fierté et souvent une disponibilité sans borne.

C’est grâce à chacun d’eux si notre mouvement célèbre cette année 115 ans de présence dans les diocèses et les régions de notre belle Province.

Ils ont tous été les dignes successeurs de Michael J. McGivney et de ses premiers compagnons.
Ceux qui sont disparus constituent notre mémorial colombien et nous conserverons un souvenir et une admiration pour eux.
Quant à ceux qui forment l’équipe des «anciens» ou des émérites à cette fonction, nous leur exprimons notre gratitude et comptons à l’occasion sur leurs sages expériences.

Frères Chevaliers, Mesdames, devenir le 37e Député d’État est sans aucun doute un grand honneur, comme je viens de le souligner,
succéder à tous mes illustres prédécesseurs et apporter tout mon amour pour la famille colombienne marque une date importante
dans l’histoire de ma vie et celle de ma famille que j’adore par-dessus tout. J’essaierai à mon tour, de porter cet honneur avec humilité
mais partagé par les membres de mon équipe.

C’est un honneur oui!
Mais surtout une importante responsabilité en ce tournant de l’histoire de notre Ordre et des changements constants de notre société
et de cette révolution intergénérationnelle qui se dessine dans le paysage québécois.
Cependant, je considère que c’est une responsabilité gérable quand elle est partagée. Voilà pourquoi je pense un «leadership partagé»
non seulement avec les Officiers de l’Exécutif d’État mais avec tous les Officiers, aux différents paliers de l’Ordre ainsi que chaque membre
et leur famille.

Honneur et responsabilité !
Surtout en cet événement historique du 115e anniversaire. Pour un mouvement comme le nôtre, c’est un exploit à souligner,
car c’est assez rare dans l’histoire des associations et mouvements au Québec.
Pour nous tous et toutes, pour tous les membres et même les ex-membres c’est un motif de grande fierté.
Fierté de faire partie d’un Ordre qui a regroupé des milliers d’adultes et de jeunes gens pour appuyer nos Évêques, nos prêtres de paroisses,
pour soutenir des besoins et des causes humanitaires.

Fierté d’avoir collaboré à l’expansion et à la croissance de ce mouvement pendant 115 ans, d’un premier Conseil,
comme la petite graine de moutarde de l’Évangile, le territoire québécois, par ses 524 conseils actuels, est devenu sous l’ombre d’un grand arbre
qui répand sa bonté et sa beauté sur nos villes et villages.

Qui ne connait pas un Frère qui n’est plus en règle?

Pensez seulement 5% de 95,000 membres nous pourrions regrouper 4750 membres. C’est simple quand on y croit»

« Un membre par mois par conseil ».

Et j’ai bien dit seulement 5%.

Fierté! Sans doute! Mais une responsabilité pour chacun de nous, non seulement de célébrer ce passé merveilleux,
mais de protéger, conserver cet héritage précieux et, le défi est immense de l’adapter aux besoins d’aujourd’hui et de demain.
C’est la raison d’un engagement sérieux de chaque membre, de chaque officier.

C’est une année historique que celle de 2012 et dans les mois qui suivent, je désire que notre vie colombienne partout ait un air de fête familiale.

En commençant mon mandat de Député d’État, en cette année du 115e anniversaire, j’invoque et j’invoquerai à chaque rencontre l’Esprit Saint
pour m’assister, m’éclairer et me guider tout au long de l’exercice de mes fonctions.

Pourquoi ne pas rencontrer nos Évêques, nos aumôniers de conseils, par région et district, travailler en étroite collaboration avec eux pour promouvoir notre Ordre dans nos église? Quelle belle porte d’entrée, quelle belle ressource pour recruter!

Sans douter bien sûr, du rôle précieux de l’Esprit, je veux placer mon travail sous l’autorité céleste du Vénérable Michael McGivney, notre fondateur,
jeune pasteur de St-Mary’s de New Haven qui a consacré sa vie sacerdotale à trouver les moyens nécessaires pour soutenir les familles de sa paroisse,
aux prises avec des problèmes sociaux sérieux, comme le chômage, le travail pénible dans les usines, les décès prématurés des pères de famille,
et les dangers... partout présents pour leur Foi catholique.

Cœur d’apôtre, homme expérimenté, il a fondé une fraternelle d’assurance, un Ordre à quatre principes pour les familles et les jeunes;
je suis assuré du soutien de Michael pour continuer son œuvre ici;
en second, je me mets sous le patronage du saint-Frère André un contemporain de notre fondateur, l’ami de Saint-Joseph, mais un ami puissant sur le cœur de Joseph,
pour les pauvres, les malades de toutes sortes;
un Saint de chez nous qui a connu et accueilli des Chevaliers de Colomb dans son Oratoire du Mont-Royal. Ces deux hommes de Dieu, comme protecteurs vont nous accompagner dans des défis et des enjeux importants.
Ils sont les premiers membres de mon équipe!! Et surtout ils ne coûteront pas cher pour leurs déplacements et leur aide!

Maintenant, j’ai voulu concrétiser mon idéal où mes objectifs dans un symbole que je vous dévoile maintenant : un PHARE!

BEAUCAGE

Pourquoi un phare?
Nos amis des Îles-de-la Madeleine, de la Gaspésie ou du Bas St-Laurent pourraient nous répondre, eux qui ont la fierté de voir s’élever près du beau fleuve St-Laurent,
ces sentinelles toujours au garde-à-vous.

Un phare!
Un emblème pour notre prochaine année colombienne!
Un phare, un guide, un sentiment de sécurité dans le brouillard mais surtout une lumière qui éclaire la route, les obstacles et conduit au bon port!

Un phare,
sur le "poste" magnifique, qui supporte les emblèmes de la Chevalerie et de la Fraternelle d’assurance;
ils sont bien en vue et ils représentent toute une richesse pour nous et des liens fraternels essentiels pour notre présent et notre avenir!

Regardez la lumière du phare!
Elle est claire, elle est puissante, et elle se dirige vers notre province mais surtout sur nos 16 régions colombiennes.

Oui 16 régions, toutes belles, mais différentes!
Chacune est porteuse de la vie colombienne!
Chacune fait la fierté des Officiers, des membres et de leurs familles!
C’est d’ailleurs, toujours la plus belle!
Ces régions qui couvrent tout le territoire québécois comportent des richesses économiques, sociales, religieuses, et cachent, chacune, un potentiel extraordinaire
qui se manifeste régulièrement dans la vie du Québec.

Pour l’Ordre, chaque région a sa place, son rôle, son importance, pour la bonne marche de l’ensemble.
Voilà l’importance pour les Directeurs régionaux, de suivre les directives, les programmes et, avec leurs équipes, de motiver, de soutenir la vie colombienne
marquée par les besoins, les aspirations de leurs populations.

Nos régions colombiennes ne doivent pas être des pièces d’un «puzzle» fixées une fois pour toutes sur un échiquier;
au contraire, chaque région doit apporter toute sa collaboration et doit faire tous les efforts pour avoir une vie colombienne de qualité,
et qui est harmonisée avec les autres régions.

Non seulement, elles ne sont pas des pièces d’un puzzle mais elles sont réunies par des principes et des objectifs communs.
Travaillons tous dans la même direction, regardons entre nous que chaque frère a du bon et a sa place.

Mes frères, je suis prêt à tirer mais j’ai besoin de vous tous pour pousser, pour atteindre le même objectif, soit la fierté d’appartenir à ce beau mouvement
qui est l’Ordre des CHEVALIERS DE COLOMB.

Chaque région a la responsabilité de représenter dignement l’Ordre colombien et lui assurer un présent et un avenir.

Je rêve de voir nos régions colombiennes reliées intimement par un même goût de la vraie chevalerie
et former ainsi une magnifique courtepointe couvrant tout le Québec d’une vie colombienne dynamique et prometteuse.

Pourquoi ne pas regarder à implanter une activité majeure à travers tout le Québec?
Pensez deux secondes à l’impact.

Nos régions forment une partie importante de la structure de notre organisation, elles doivent être des sentinelles et des phares
pour tous nos districts et surtout nos Conseils formant la base solide et bien ancrée de notre structure organisationnelle.

Voilà pourquoi la lumière du phare éclaire nos régions leur indiquant ainsi leur rôle, leur importance, leurs différences mais surtout leur complémentarité.

Une deuxième action «phare» porte sur le cœur du renouveau de l’Ordre:
la famille et la jeunesse.
Ce choix pastoral du Fondateur à l’origine de son mouvement a permis sa croissance et son expansion car famille et jeunesse constituent une bonne partie de toute société.

Depuis deux ans, les leaders de l’Ordre, avec votre appui, ont mis en place un parcours à retrouver, ici chez-nous,:
le rôle et la place des valeurs fondamentales de la famille québécoise, le bien le plus précieux mais peut-être également le plus fragile.
Le parcours a connu des difficultés, je dirais même un manque d’intérêt chez plusieurs d’entre nous, mais un correctif important a été apporté.
Désormais ce parcours sur la famille est fondé sur le programme «famille du mois» que nous voulons valoriser.

Chaque Conseil doit s’efforcer de trouver une famille du mois et l’inviter à venir donner un court témoignage de son vécu, de ses valeurs, de ses engagements etc…
À long terme, je suis sûr que nous récolterons des perles venant des familles de toutes nos régions.
C’est un exercice facile et vous avez reçu ou recevrez les documents pertinents à ce dossier majeur.

Quant à la jeunesse! L’heure est sérieuse et l’heure est au défi!
Après des discussions à l’Exécutif d’État, il a été décidé de former un comité provincial, relevant exclusivement de l’Exécutif d’État, un comité pour observer, échanger, discuter avec des jeunes 18-35 ans pour les connaître dans ce que ces jeunes sont et font, et essayer, avec eux, de décrire notre Ordre vieux de 115 ans,
pour savoir par eux, si un intérêt ou une participation de leur part est encore possible.
Cette catégorie de 18-35 ans est la relève du mouvement.
Des jeunes scolarisés, bien articulés sur des projets d’avenir de notre société seront-ils intéressés à l’Ordre colombien et non seulement à passer par des cérémonies d’accueil?
Il faut leur donner leur place, c’est notre relève de demain.
On n’a pas peur de ce qu'ils veulent: seulement être présents à côté de nous pour que l’Ordre puisse être debout encore 115 ans.

L’heure et sérieuse, car sans ce bassin de recrutement, notre mouvement est voué à disparaître. Il est donc impérieux que ce comité soit formé de frères Chevaliers compétents et de quelques jeunes choisis et prêts à relever le défi. Un mouvement qui veut se garder en santé, qui se veut efficace, n’a pas le choix de courtiser ces jeunes, de les instruire sur l’Ordre et d’accueillir leurs opinions, leurs suggestions. Sommes-nous mûrs pour entreprendre sérieusement cet exercice pendant le prochain mois? Un défi difficilemais réalisable! Serait-il trop tard? Seul l’avenir nous le dira - mais il ne faut pas avoir peur de mettre tous les efforts nécessaires et nous comptons sur votre collaboration.

Et oui! un membre par mois par conseil.
Dans cet esprit de renouveau, je veux que chaque Conseil, à chaque mois, consacre quelques minutes de réflexion sur la Nouvelle Évangélisation à partir des documents de notre Aumônier d’État. C’est un devoir qui est lié à notre engagement de Chevalier.

Il me semble que nos réunions mensuelles de conseil vont s’enrichir en consacrant du temps sur un témoignage d’une famille et de la Nouvelle Évangélisation. J’invite chaque Grand Chevalier à faire les efforts nécessaires pour apporter un changement bénéfique sur la vie du conseil et d’un intérêt nouveau pour solliciter la présence des membres et des épouses et autres invités pour cette période.
Sans cet engagement de tous les Grands Chevaliers, le renouveau risque d’être un feu de paille!

Ensemble pour cet engagement!
Et une autre action « phare » porte sur les cérémonies d’accueil. N’oublions pas, que, quel que soit le contenu, ces initiations ou ces cérémonies d’accueil ne constituent que la porte d’entrée dans l’Ordre.
Ce n’est qu’une première étape et la suite est encore plus importante car il faut instruire ces nouveaux Chevaliers sur le mouvement, pour susciter une fierté d’appartenance et le goût de faire de la vraie chevalerie.

Il faut penser à former un comité d’accueil dans chaque conseil pour s’occuper des nouveaux frères chevaliers, pour qu’Ils ne se sentent pas seuls à vivre cette belle aventure.

Évitons de faire des candidats d’autres nous-mêmes, des clones des Chevaliers que nous sommes! Nous ne désirons pas de ces nouveaux Chevaliers et des futurs candidats qu’ils agissent exactement à notre image et à notre ressemblance.

Est-ce que nous nous préoccupons suffisamment de l’avenir des nouveaux Chevaliers?
Sommes-nous attentifs à eux, au lendemain des cérémonies d’accueil?
Pouvons-nous nous passer d’eux pour l’avenir de notre Ordre?
Beaucoup de jeunes sont en pleine quête de sens.
Aidons-les à percevoir le riche héritage chrétien et de bénévolat de notre mouvement.
Il y a un énorme défi, celui de recueillir dans la recherche de ces jeunes d’aujourd’hui le feu du dévouement, ou de l’engagement.

Nos cérémonies d’accueil ne sont qu’un passage.
Nous souhaitons pour notre Ordre la naissance d’une nouvelle génération de Chevaliers engagés.
Y croyons-nous vraiment?
Sommes-nous prêts à accueillir un nouveau Chevalier par mois, par Conseil?
Nous ne voulons pas d’autres nous-mêmes!
Soyons donc attentifs à nos cérémonies d’accueil et efforçons-nous de regrouper ces nouveaux Chevaliers pour leur faire mieux connaître
notre mouvement qui a tant de défis à relever.
Il nous faut des membres actifs, engagés!
J’aurai l’occasion de revenir sur ces aspects importants de ma vision de l’Ordre durant mon mandat.

Un membre par mois par conseil
C’est possible si on y croit.

Avant de terminer,
je veux parler de la mutuelle d’assurance de notre Ordre, pas dans le but de m’immiscer dans le domaine du Directeur et de nos agents
mais pour nous rappeler l’importance et le rôle de la mutuelle d’assurance à la fondation de l’Ordre par l’abbé Michael McGivney.
C’est ce pasteur très au courant de ces mutuelles, à son époque, qui a basé son jeune et nouveau mouvement sur une mutuelle absolument nécessaire
pour la survie de ses familles et les sauver ainsi de la pauvreté et même du désespoir.
Ce n’est pas sans raison que l’on a désigné la fraternelle d‘assurance « l’épine dorsale » de l’Ordre.
Et la raison principale de l’expansion et de la croissance de l’Ordre aux États-Unis repose sur les programmes d’assurance qui ne cessent de s’améliorer,
offrant aux Chevaliers et à leurs familles un produit de haute qualité.

Au Canada français jusque dans les années 60, des nationalistes ont attaqué les Chevaliers de Colomb
sur la question de l’argent qui allait selon eux aux États-Unis.
Pourtant la majorité des familles était assurée par des compagnies anglaises ou américaines.

Aujourd’hui, il nous faut être fiers de cette fraternelle qui nous appartient et protéger adéquatement,
selon la volonté de notre Fondateur, nos familles, toutes nos familles.
C’est un motif de fierté et d’appartenance à notre Ordre.

Michael McGivney nous a laissé un héritage important, il faut le conserver mais aussi le faire grandir!
Comme vous le constatez, frères Chevaliers, mesdames, nous avons du pain sur la planche!

Il faut absolument qu’ensemble nous prenions ce tournant dans l’histoire de notre Ordre, il y va de son avenir.

Ces prochains mois… Célébrons 115 ans...
... d’audace et de générosité!
... de services multiples dans nos paroisses et communautés!
... d’activités de toutes sortes!

Célébrons ainsi un passé digne de l’histoire,
mais célébrer ce passé, c’est nous engager à continuer sur les pas de nos devanciers,
c’est affronter les défis d’un renouveau garant de l’avenir!

Ensemble nous réussirons dans un esprit de fête, de réjouissance!

Chez moi, il y a une place pour toi !

Bonne année colombienne.

Pierre Beaucage
Député d'État